Ce savoir-faire, qui s’est transmis de génération en génération, ce rayonnement croissant tant national qu’international, vont être récompensés par l’obtention en 1966, de la célèbre distinction « Prestige de la France », décernée par le Comité de France. Je pense que le passage de mon grand-père au sein de la faïencerie « MASSE », pendant presque 28 ans, a dû avoir sa « petite » influence pour l’obtention de ce prix…

http://www.comitedefrance.fr

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Selon M. Christian Masse, à cette occasion, les murs de la faïencerie, avaient été décorés de mosaïques de fleurs, représentant le sigle de cette distinction. Et une très grande partie du personnel avait été conviée à une réception au Faisan Doré à Courset.
Sur la photo ci-dessous, on peut voir le diplôme en question que l’on retrouve d’ailleurs encadré, sur la photo du salon des arts du feu, vue au chapitre 16.

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Ce diplôme récompense aussi les liens privilégiés qu’avaient su créer la faïencerie « Masse Frères », avec des distributeurs prestigieux en France, mais aussi à travers le monde entier et notamment aux Etats-Unis. Je veux parler ici de « Bloomingdale’s » à New York et de « Carson Pirie Scott Cie » à Chicago.

Ces deux enseignes créées au XIXème siècle, sont devenues avec le temps, les fleurons américains de la distribution de détail  des produits de luxe. « Bloomingdale’s » est d’ailleurs considéré comme le plus grand magasin de ce type au monde. Le second n’existe plus depuis 2006.

https://www.lsa-conso.fr/bloomingdale-s-l-art-de-l-elegance-et-du-marketing,232842

Quand on voit la taille de ces deux magasins, mais aussi leur renommée, on imagine très bien pour « Masse Frères »,  qu’être référencé chez eux, était un formidable vecteur de ventes vers les Etats-Unis. Notamment en 1961, quand ces derniers ont participé au succès mondial marketing « Esprit de France » organisé par « Bloomingdale’s ». L’article contenu dans le lien ci-dessus, raconte bien cela. Et en 1961, mon grand père était à l’apogée de son savoir faire, soit 48 ans de décoration faïencière… Savoir que des pièces décorées par ce dernier, ont forcément été exposées dans ce prestigieux magasin, ne me laisse pas insensible…

Aujourd’hui encore, être référencé chez « Bloomingdale’s » est le « Graal » pour une marque.

Au hasard de mes rencontres, et en fouillant au fonds d’un carton, j’ai retrouvé les deux certificats originaux très poussiéreux et endommagés, délivrés par ces magasins à « Masse Frères ». Selon un ancien employé, ces certificats trônaient en bonne place dans le bureau de Jacques Masse, aux cotés de ceux délivrés par des magasins anglais, hollandais, et autres. Ceux là, je ne les ai pas retrouvés…

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Outre les zones d’exportations traditionnelles comme l’Amérique du Nord, l’Europe, voici quelques exemples de pays où la faïencerie « Vve Francis Masse » avait des contacts commerciaux, dès la fin des années 1920. Pondichery, Jérusalem, Alexandrie….  Comptoir de la Compagnie des Indes, Office commercial du Levant, Mandat britannique sur la Palestine : tous ces noms me ramènent très loin sur les bancs de l’école, pendant les cours d’histoire-géographie que j’aimais tant !

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites