Oui, changement de quart rime avec transmission du savoir. Un homme meurt, d’autres, préparés, formés, peuvent alors prendre la relève et suivre le cap fixé !
J’ai déjà évoqué les apprentis, le CFA, les cours de dessin en interne, que donnaient certaines faïenceries à leurs employés.
Des personnes toujours en vie qui ont connu mon grand-père, m’ont toutes affirmé, qu’outre son talent, il fût un « maître » en matière de formation : bienveillant mais exigeant. La formation reçue chez Géo Martel a inévitablement dû lui servir, pour transmettre son savoir-faire. Ce n’est pas pour rien qu’il était ami avec Roger Demulder. Et je pense que dans l’initiative prise par Raymond Dufour au sortir de la guerre, de créer un Centre de Formation des Apprentis à Desvres, il y a du avoir des conseils judicieux donnés à ce dernier, par mon grand-père (n’oublions pas qu’ils étaient ami d’enfance et siégeaient ensemble au conseil municipal).

La formation que mon grand-père prodigua à son second, pendant plus de 20 ans, fût efficiente !
Ce second s’appelait Paul Scotté. Je ne sais exactement quand il rentre chez Masse Frères, mais probablement après la guerre. Ma mère qui a travaillé de 53 à 55, l’a bien connu dans l’atelier. Il a probablement dû suivre la formation au CFA et obtenir son CAP de décorateur. Au décès de mon grand-père c’est lui qui prendra la direction de l’atelier « Petit feu » et ce, jusqu’à la liquidation.
D’ailleurs en 1963, il se retrouve à son tour dans la « fosse aux lions » au salon des arts ménagers organisé par la foire internationale de Lille, et il y reçoit également, le diplôme d’honneur en présence de bon nombre de personnalités.

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Ci-contre, le diplôme reçu par la faïencerie Masse frères lors de cette foire. A un an d’intervalle, mon grand-père et son successeur Paul Scotté ont reçu cette distinction. Preuve supplémentaire si l’en est, de la qualité de la transmission d’un savoir faire de plus de 45 ans !

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Je suis rentré en contact avec un collectionneur hollandais et faïencier lui aussi !
Dans les années 70, ce dernier a fait venir Paul Scotté dans son atelier-boutique près de Rotterdam, afin de faire des échanges de décoration avec des décorateurs hollandais. Oui, vous lisez bien : Un desvrois au pays du Delft ! On voit ce dernier à gauche, devant l’atelier à Vlaardingen.
En effet, ce collectionneur m’indiqua que pour lui, en dehors des décorateurs de Delft, seuls les décorateurs desvrois pouvaient arriver à faire un travail de qualité sur ce décor, ô combien copié et réinterprété ! Il a d’ailleurs acheté bon nombre de pièces réalisées par Paul Scotté, mais aussi venant de chez Géo Martel.

Voici deux tulipières (Masse et Géo Martel) faisant partie de sa collection privée.

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Ce collectionneur bien qu’admiratif du savoir-faire desvrois, m’a cependant indiqué qu’il était très difficile pour des centres faïenciers étrangers, de vendre leurs productions « Delft » en Hollande. En effet, les hollandais n’achètent, que si la marque provient bien de centres faïenciers de cette ville !
Mais certains passionnés de faïence, comme lui, ont reconnu en leur temps, le savoir-faire faïencier desvrois.
Quand il a découvert, le plat « Roosevelt » décoré par mon grand-père, sa réaction fût d’ailleurs : « Evidemment » !

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Voici quelques pièces décorées par Paul Scotté pour ce collectionneur hollandais. A noter que le superbe violon, a été décoré devant lui dans l’atelier Masse Frères.

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Après le décès de mon grand-père, Dorothy McCauslan a commandé des pièces décorées par ce dernier : elle n’avait plus le choix !

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites