De mon grand-père, je possède une assiette ajourée décorée par lui, assez atypique pour le moins ! En effet, on peut y voir des fleurs réalisées et apposées par le service « funéraire ».

Ce secteur était important pour la faïencerie Masse Frères. D’ailleurs, cette dernière garantissait à vie, ses articles funéraires contre les dégâts consécutifs au gel.
Un commercial (René Gummery) était même affecté exclusivement à ce dernier.
Il fallait une parfaite coordination entre les différentes étapes du processus de fabrication. : de la composition de la pâte, jusqu’à l’émaillage, en passant par le respect des temps de séchage.

On peut d’ailleurs voir sur cette photo, la dextérité avec laquelle, les ouvrières de ce service, réalisaient les articles funéraires. Les postes y étaient le plus souvent occupés par des femmes, et pour cause !

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

On voit ici la même modeleuse, au même poste de travail, bien des années auparavant, en train d’ajourer des pièces au couteau.
Dans le cas présent, on peut parler de « femme aux doigts d’or » !
Il s’agit très probablement de Germaine Brachet.

©Archives Privées : reproduction et utilisation interdites

Afin de renforcer la résistance au gel de la pâte « faïence », cette dernière était complétée tout d’abord avec du verre pilé (provenant de la récupération de tessons de bouteilles) sur broyé dans des broyeurs à silex, puis par une teneur en silice plus importante.

Silice qui provenait des galets de Cayeux sur Mer dans la Baie de Somme (ramassés à la main à l’époque) ! Ces galets étaient déjà connus et appréciés, pour leur pureté en silice proche de 100%, Ce qui en fait encore aujourd’hui, un site unique en Europe. Les anglais étaient de grands consommateurs de cette silice pour leurs porcelaines (notamment celle de Wedgwood).
Ainsi était obtenue une pâte verrée, mais laissant une certaine porosité afin de pouvoir décorer à l’émail, les articles funéraires.
C’est à ce moment qu’intervenaient les « majoliqueuses », devant prêter une attention particulière à l’émaillage, garantie d’un produit parfait.